bernaz

La SOF, un terrain de jeu méditerranéen pour Jean-Baptiste Bernaz

La semaine dernière avait lieu la Semaine Olympique Française (SOF) à Hyères. A cette occasion, Jean-Baptiste Bernaz, le licencié du CN Sainte-Maxime a une nouvelle fois performé ! A bord de son laser et au bout de 12 manches, il décroche une belle 9ème place au général et une 8ème sur la Medal Race. De beaux résultats que J2B compte bien améliorer pour les championnats du Monde qui se dérouleront au Japon du 1er au 9 juillet prochain. Revenons ensemble sur cette belle semaine de compétition !

 

Réunion de l’élite de la voile olympique lors de la SOF

Considérée pendant 7 ans comme une étape de la Coupe du Monde de Voile Olympique, l’épreuve redevient SOF (Semaine Olympique Française) et intègre désormais la Coupe d’Europe. La rade de Hyères est particulièrement appréciée par les régatiers pour son plan d’eau qui fait face aux îles de Porquerolles, Port Cros et du Levant agissant ainsi comme un rempart naturel tout en offrant un panorama exceptionnel. Cette année, plus de 230 coureurs représentant une cinquantaine de nations ont participé à la SOF. Ainsi, ils inscrivent cette semaine de compétition dans leur préparation pour les Jeux Olympiques de 2020. Par ailleurs, cette semaine a été pour eux l’occasion de s’acclimater aux plans d’eaux méditerranéens avant les finales des World Cup Sailing Series qui auront lieu début juin à Marseille.

Côté palmarès, les véliplanchistes français ont fait d’excellents résultats en RS:X. En effet, la Trembladaise Charline Picon et le Martiniquais Thomas Goyard sont respectivement montés sur la première et la seconde marche du podium. Des résultats de bonne augure pour les World Cup Sailing Séries !

En laser, les françaises Mathilde De Kerangat et  Louise Cervera ne figurent malheureusement pas sur la ligne de la Medal Race. Elles se classent respectivement à la 12ème et 13ème place du général. Chez les hommes, l’Australien Matthew Wearn mène largement à l’issue des phases finales. Il précède le Néo-Zélandais Sam Meech, médaille de bronze à Rio en 2016 et l’Australien Tom Burton, médaillé d’or à Rio. Le Français Jean-Baptiste Bernaz s’illustre quand à lui à une remarquable 9ème place.

L’ensemble des résultats est disponible sur le site de la Semaine Olympique Française.

 

Coup de projecteur sur Jean-Baptiste Bernaz, une référence 100% Méditerranée de la voile olympique

Biberonné au nautisme par ses parents, J2B développe très vite une passion pour la voile qui le conduit trois fois sur les épreuves des Jeux Olympiques. En effet, le licencié au Club Nautique de Sainte-Maxime et membre du Pôle France de Marseille a été le plus jeune athlète de l’équipe de France de voile aux Jeux olympiques d’été de 2008 de Pékin puis ceux de 2012 à Londres. Il est présent sur les circuits internationaux de Laser depuis 2006.

Le mois dernier, J2B nous a fait l’honneur de sa présence sur le bateau du Business Club O’ à l’occasion de la SNIM2019. Nos différents partenaires ont ainsi eu l’occasion de discuter avec lui de sa saison, de sa préparation et de ses objectifs, mais également des caractéristiques du Laser au sein de la Voile Olympique.

Aurélie Di Napoli (Banque Populaire Méditerrannée) & Philippe Seguier (AG2R) attentifs aux explications de Jean-Baptiste Bernaz lors de la Snim2019

Soutenu par la Banque Populaire Méditerranée, membre fondateur du Business Club O’, Jean-Baptiste Bernaz est aujourd’hui en pleine préparation olympique pour les JO de Tokyo 2020. Et il est bien décidé à ramener la première médaille olympique du Laser français avec ces olympiades !

Par ailleurs, ses dernières performances sur les compétitions internationales constituent un signe plutôt favorable dans sa préparation. En effet, il finit 9ème sur le Trofeo Princess Sofia – Palma en mars, 5ème sur la World Cup Series – Miami en janvier ou encore 7ème sur les Test Event d’Enoshima en 2018. Par ailleurs, il domine toutes les compétitions nationales, confirmant ainsi sa position de leader français du Laser.

Il sera également présent du 2 au 9 juin à Marseille pour les finales de la World Cup Sailing Series. D’ici là, Jean-Baptiste est très actif sur les réseaux sociaux, n’hésitez pas à suivre son actualité sur Facebook ou Twitter !

 

Le laser, un bateau unique où l’homme fait toute la différence

Le Laser est un dériveur solitaire créé en 1970 qui a rejoint la famille de la Voile Olympique à partir des JO d’Atlanta (USA). C’est un bateau au modèle unique avec un seul constructeur, identique pour les hommes et les femmes (on parle alors de laser radial). Le dériveur mesure 4,23m, pèse 59kg et la seule différence entre les hommes et les femmes se fait sur la surface de la voile (7,06m2 contre 5,76m2).

C’est donc le skipper et ses qualités physiques qui font la différence sur les régates. C’est un support sur lequel il vaut mieux être assez grand et robuste, à titre d’information les hommes tournent en général autour de 80 kilos.  

 


Crédit photos: Eric Bellande – FFVoile / Jean-Michel Roque / Sailling Energy