Grande Nacre

Disparition de la Grande nacre : la Méditerranée en danger ?

La Grande Nacre est-elle en train de s’éteindre ?

C’est le constat que tire Nardo Vicente, membre de l’Office de la mer et biologiste marin reconnu depuis de nombreuses années. De retour de mission scientifique en Corse, il dresse une inquiétant constat.

« Aujourd’hui les fonds sont jonchés de nacres mortes« . Malheureusement ce bilan ne se limite pas qu’à l’île de beauté. Il semblerait que l’ensemble de la Méditerranée soit touché. Le mollusque serait-il en train de s’éteindre ? Quel est donc la raison de la diminution des populations de grandes nacres ?

Une espèce convoitée

La Grande Nacre, Pinna Nobilis L., est un des plus grands mollusques bivalves du monde : sa taille avoisine les 30 à 50 centimètres (parfois jusqu’à 1 mètre). Vous pouvez la repérer facilement près des herbiers de posidonies auxquels elle est inféodée.

Déjà exploitée commercialement de la Sardaigne jusqu’à nos côtes françaises, la Grande Nacre était utilisée pour la fabrication de boutons mais aussi de façon culinaire. Sa beauté cache malheureusement une espèce relativement fragile : son existence reste menacée par plusieurs facteurs. Au point que l’espèce fut placée parmi la liste des invertébrés protégés par une interdiction de pêche selon l’arrêté du 26 novembre 1992.

Plusieurs hypothèses sont évoquées pour expliquer le phénomène

Sa raréfaction était jusqu’à présent due à plusieurs facteurs. Voici quelques-uns :

Prélèvement par les plongeurs

Vous avez peut-être eu la chance de l’apercevoir en plongée. Néanmoins de nombreux plongeurs prélevaient la grande nacre comme « trophée » sans se soucier des modifications de son habitat ou de sa survie. C’est désormais de moins en moins le cas.

Utilisation commerciale

Les coquilles étaient peintes et servaient parfois de décoration murale. L’arrêté de novembre 1992 permit de mettre fin à ces pratiques.

Chalutage et destruction des herbiers de posidonie

Jusqu’à présent, ces pratiques représentaient (cela reste toujours un facteur important) les raisons principales de la disparition de l’espèce. En effet beaucoup plus que le chalutage, les ancres des bateaux mouillant dans son habitat principal, l’herbier de posidonies, ont un impact destructeur notamment par petits fonds où a lieu le recrutement des jeunes entre 4 et 8 mètres. Mais l’aménagement des plages (artificielles ou non) ou encore l’endigage précipite le phénomène de disparition de cet habitat.

Le changement climatique global

C’est désormais l’hypothèse principale et malheureusement très actuelle. Comme tous les bivalves, la Grande Nacre est un parfait indicateur de la qualité de l’eau. Mais les populations sont en train d’être décimées par un parasite : Hasploporidium. Déjà identifié en Espagne, celui-ci n’a de cesse de s’étendre sur la Méditerranée entraînant avec lui l’extinction des Grandes Nacres. Le parasite semble maintenant avoir atteint notre région.

Nardo Vicente est catégorique sur le sujet : l’activité d’Hasploporidium est exacerbée par le réchauffement des eaux, beaucoup trop chaudes depuis plusieurs mois. Sa vision n’est pas des plus optimistes mais reflète une réalité à prendre désormais en compte : « le phénomène ira en s’accélérant dans les années à venir, si rien n’est fait pour ralentir le réchauffement de la planète« .