Comment les Agences Régionales de Santé analysent la qualité de l’eau?

Chaque été, la qualité des eaux de baignade surveillée avec une attention toute particulière. L’enjeu est à la fois sanitaire – pas question d’exposer les nageurs à d’éventuelles pollutions – mais aussi économique pour les stations balnéaires qui cherchent à promouvoir leurs plages pour attirer les touristes.

1.Comment sont effectués ces contrôles ?

Chaque été, entre le 15 juin et le 15 septembre, les techniciens des Agences régionales de santé (ARS), effectuent de quatre à vingt relevés sur plus de 2000 zones de baignade. Ces analyses répondent à des critères européens très précis. Ils portent sur la recherche de bactéries (Escherichia coli et entérocoques intestinaux) dont la présence dans l’eau témoigne d’une contamination fécale des eaux. Plus ces bactéries sont présentes dans l’eau en quantité importante, plus le risque sanitaire augmente. Le contact avec ces germes peut provoquer des maladies de la sphère ORL ou de l’appareil digestif (gastro-entérite, irritations des yeux, éruptions cutanées). En cas de contamination anormale des eaux, une enquête est réalisée en lien avec l’ARS. Le contrôle est également visuel : les agents surveillent la présence de résidus goudronneux, de verre, de plastique ou d’autres déchets.

Au regard de ces analyses bactériologiques, une commune peut ainsi décider de fermer sa plage si elle considère le risque de pollution de l’eau élevé au cours de la journée. Un arrêté municipal est alors rédigé interdisant provisoirement la baignade et les activités nautiques.

La qualité de l’eau est évaluée à partir de prélèvements. Une directive européenne de 2006 sur la « qualité des eaux de baignade » oblige les Etats membres à recenser l’ensemble de leurs lieux de baignade, à prélever quatre échantillons par saison balnéaire et à assurer l’information du public. Cette directive est transposée dans le code de la santé publique depuis 2008.

2.Les indicateurs de qualité 

Deux types d’indicateurs sont utilisés. Les valeurs limites sont définies par la première directive européenne sur la qualité des eaux de baignade (1975).

  • Les indicateurs microbiologiques. Les escherichia coli, les coliformes totaux et les entérocoques intestinaux sont recherchés. Ce ne sont pas les bactéries les plus toxiques mais leur présence signale une contamination fécale. Lorsque les valeurs limites sont dépassées, d’autres bactéries sont recherchées, les salmonelles notamment.
  • Les indicateurs physico-chimiques. Il en existe 6 : la coloration de l’eau, la transparence, la présence de phénol, d’huiles minérales, de résidus goudronneux et de mousses.

Après cet examen, les eaux de baignade sont classées de la façon suivante : A pour les eaux de bonne qualité, B pour les eaux de qualité moyenne, C pour les eaux momentanément polluées, D pour les eaux de mauvaise qualité.

A partir de ces cartes publiées chaque jour, nous sommes à même de vous tenir informés de la possibilité ou non de vous baigner sans risque . Nous espérons que ces quelques lignes auront satisfait les plus curieux et nous restons à votre disposition pour tout renseignement.

3.Quelques conseils : 

  • Être attentif aux informations sur la qualité de l’eau délivrées par la mairie ou sur le site du gouvernement.
  • Après une baignade, bien se sécher et se rincer
  • Eviter de se baigner juste après un orage ou une forte pluie

Un conseil placez ce lien dans vos favoris , vous pourrez rester informés de la vie de la Mer et son environnement.

 

 

Sources : Marseille Infos Plages, Ministère de la Santé